4 Rue de l'Eglise, 88150 Chavelot03 29 39 19 63

Histoire

 chavelot

Il y a 100.000 ans, des hommes de Néandertal ont installé un atelier de taille de galets en quartzite, au bord de la rivière qui coulait dans la vallée de Chavelot. C’est en 1978, que l’on a découvert, par hasard, des fragments de pierres taillées, dans la carrière de sable utilisé pour la construction de la voie express, au lieu dit “Clair Bois”.  De 1978 à 1985, chaque été, des archéologues ont méthodiquement creusé le sol pour tenter de reconstituer le passage de ces premiers hommes.
(Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site persee.fr.)

 

 

C’est en l’an 58 avant l’ère chrétienne que les Leuques demandent le secours de Jules César pour se protéger de l’invasion germanique. Après la défaite des Germains, César conserve le pays et y installe ses légions qui fraternisent avec les Leuques.

Les Romains construisent des voies stratégiques et commerciales permettant le déplacement rapide des légions vers la Belgique et le Rhin. L’une d’entre elles passe au bas du coteau de Chavelot, parallèlement à la Moselle : la voie allant de Bâle (Suisse) à Scarpone (Dieulouard en Meurthe et Moselle).

Au XIII ème siècle, le territoire de Chavelot subit l’incursion de nombreuses troupes qui combattent à Châtel-sur-Moselle ou à Epinal lors de la guerre des Évêques.

* Les forces du comte de Vaudémont, retranchées dans la forteresse de Châtel, se permettent des incursions sur Chavelot et les dépendances temporelles de l’évêché de Metz.

* Guillaume de Trainel, Evêque de Metz se brouille avec les Ducs de Bar et de Lorraine qui le 21 juillet 1267 envahissent le temporel de Metz.

* Un nouvel Évêque est nommé à la mort de Guillaume de Trainel. Il refuse de payer les dettes de son prédécesseur. Les troupes des Ducs traversent Chavelot et vont faire le siège d’Epinal. L’Evêque à la tête de ses troupes est fait prisonnier 1272. Les vainqueurs ravagent les terres de l’évêché dont Chavelot.

Un acte de 1294 mentionne que Bouchard, Evêque de Metz, possédait des biens sur Chavelot. Plus tard en 1323, l’évêque de Metz reconnaît devoir à Beaudouin d’Epinal des localités dont Chavelot. Ainsi la localité subit pendant toute cette période les conséquences de la rivalité entre évêques et ducs, donnant lieu à de nombreux conflits sur le territoire lorrain dans son ensemble. 

La première moitié du XIVème siècle est plus calme. Mais en 1337, la guerre de cent ans commence et de nombreuses troupes sillonnent le pays entre Épinal et Châtel. Chavelot qui se trouve entre les deux subit leurs incessants va-et-vient.

En 1445, les habitants d’Epinal offrent leur soumission au roi de France Charles VII. La région est arrachée du temporel des évêques de Metz et rattachée à la couronne.

Cependant en 1445, Châtel, rattachée au duché de Bourgogne et Épinal la lorraine entrent en conflit et les troupes rançonnent les villages alentours. Les hostilités se terminent le 5 janvier 1476 avec la mort de Charles le Téméraire, à Nancy.

De 1504 à 1524, la peste,  favorisée par les disettes passagères, sévit dans la commune.

En 1535, les territoires sont à nouveau envahis par des troupes à la solde de chefs bourguignons protestants qui veulent imposer la religion de Luther. Les populations subissent encore les réquisitions des troupes jusqu’en 1591.

En 1590, une crue de la Moselle d’une extrême violence dévaste le village. Les Chavelotais assistent impuissants à la montée des eaux, puis à un immense torrent emportant tout sur son passage. A la décrue, la Moselle a déplacé son lit. Aujourd’hui, au milieu de la Moselle des plongeurs accèdent à une ancienne cave par un escalier en pierre.

La population se tourne vers Charles III, duc de Lorraine qui les autorise à construire une grande vanne. La décision de réaliser les travaux arrive trop tard. 

Et en 1610, un très fort épisode pluvieux s’abat sur les Vosges, le village de Chavelot, situé alors en contre bas du coteau, est rasé. Même l’église finit par sombrer sous les assauts de la rivière en crue. Cependant le chemin d’Epinal à Châtel qui passe sous le coteau de Chavelot n’est pas détruit.

Au XVII ème siècle Chavelot n’est pas épargné par la guerre de trente ans.

En 1624, Charles de Vaudémont monte sur le trône ducal de Lorraine sous le nom de Charles IV. Séduit par la beauté du canton de Châtel, il vient chasser plusieurs fois par an avec des gens,  faisant fi des biens et des cultures.

En 1633, Charles IV lève des troupes qui n’ont de lorraines que le nom et qui vivent dans la région comme en pays conquis.

Le 29 septembre 1635, Chavelot et Thaon sont envahis par le régiment weimarien de Batilly, un des plus redoutables régiments de pillards. Pendant 30 ans le canton de Châtel voit ses rues fourmiller de soldats mercenaires français, suédois, croates, allemands, lorrains dévastant les terres et rançonnant les habitants.

Le XVII ème siècle se termine par de nouvelles incursions de Charles IV qui essaye de reprendre les royales de Châtel et d’Epinal. Mais il est finalement chassé par les troupes d’Henri de la Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne.

Au XVIII ème siècle, tout commence à changer. Les guerriers ne sont plus des mercenaires. Les troupes qui défilent entre Epinal et Châtel sont accueillies fraternellement. De grands personnages passent avec leurs riches escortes. En 1699, le roi Leopold I. En 1713, le Duc de Guise et le roi d’Angleterre qui se rendent à Plombières et enfin le Duc François III en 1729.

En 1724 sur un manuscrit, la voie allant de Bâle à Scarpone est désignée sous le nom de chemin des pavés ; car la plupart des voies romaines sont formées de deux lits de pierres, les uns à plat surmontés d’autres très serrés et juxtaposés de champ.

En 1734, la communauté de Chavelot possédait 17 jours de terrain sur le territoire de Golbey.

Puis en 1741, un arrangement a lieu entre les habitants de la communauté de Chavelot et le Seigneur de Villeneuve d’Epinal au sujet de la propriété de l’ancien cours de la Moselle. La ferme de la seurie au sud du territoire de Chavelot serait une ancienne seigneurie d’où la contraction du nom.

A la veille de la révolution, l’actuel département des Vosges est désigné sous le nom de Pays Des Leuquois.

Chavelot connaît une seconde épidémie de peste en 1782. La population résiste grâce à la présence d’un éminent spécialiste, le Père Evariste Pulleu qui enraye l’épidémie par ses ordonnances et ses prescriptions.

Pendant la période révolutionnaire, l’assemblée constituante, voulant faire disparaître les anciennes limites des provinces, décide le 4 mars 1790 que la France serait divisée en 83 départements. Dorénavant Chavelot appartient au canton de Domèvre-sur-Avière.

Le 26 février 1795, Thaon Les Vosges devient centre scolaire avec Chavelot.

En 1825, le conseil municipal décide l’acquisition de la maison Marienne et du terrain attenant pour l’édification de l’école de garçons. La construction de l’école date de 1864.

Et en 1880 en creusant l’emplacement de l’écluse 18 qui est située sur la rive gauche de la Moselle on trouve 2 marteaux, 1 hachette, 1 coin pour fendre du bois, 1 crochet …

De 1910 à 1935 le nombre d’habitants est resté stable malgré la guerre de 1914.

Souvenirs de Françoise Richard qui avait 11 ans en 1940 :

17 juin 1940 vers 15 heures naît un vrombissement côté Thaon. Amis ou ennemis ? Nous ne tardons pas à le savoir car une explosion lointaine nous fait tressaillir, puis une autre et une autre, c’est un bombardement aérien. Puis le silence, un silence lourd et pesant rompu peu après par des cris de mamans voisines de l’école. Quel spectacle de désolation, la cour de l’école toujours si propre est jonchée de terre, de pierres. A peine dans la rue, nous apercevons l’épicerie Perrot qui flambe.

Un peu plus tard, nous parvient un bien triste nouvelle Enés Vallar notre camarade qui ce jour n’était pas en classe a trouvé la mort avec son papa dans sa maison écrasée sous une bombe.

Un officier allemand occupait une partie de notre appartement et pendant des mois nous allions vivre au rythme de l’armée allemande.